Bienvenue sur le blogue d'un gars... et d'un père!

Bonjour à toutes et à tous et bienvenue sur mon blogue!

Aussi souvent que possible (traduction: Quand je ne suis pas en train de consoler un de mes fils qui vient de s'enfoncer la face sur la céramique ou sur un coin de mur; Quand je n'ai pas un rush de travail; Quand ma femme ne me dit pas qu'elle manque d'amour; Quand le Canadien n'est pas sur la patinoire, etc.), je viendrai vous écrire de courts billets.

Espérant que vous y prendrez autant de plaisir que moi.

Vous pouvez aussi me lire sur le site Internet de Naître et Grandir et me suivre sur ma page Facebook officielle.

À bientôt!

Jean-François Quessy

*** Tous les textes publiés ici le sont en mon nom personnel et ne représentent aucunement la pensée d'autres gens ou organisations.

mercredi 19 novembre 2014

Suis-je un trou de cul, comme les autres gars?

Depuis quelques semaines, l'image de l'homme véhiculée dans les médias n'est pas très reluisante. Évidemment, ce sentiment qui m'habite n'est pas étranger à la vague de dénonciation (#AgressionNonDenoncee) de ces beaucoup-trop-nombreuses femmes qui ont vécu des expériences atroces avec des hommes qui ne méritent pas d'être baptisés « hommes ».

Je félicite celles qui ont survécu à ces épreuves qui n'auraient jamais dû leur arriver. Vous avez toute mon admiration.

En tant que « gars », j'ai presqu'envie de m'excuser au nom de ces salauds qui ne représentent pas bien qui nous sommes, les hommes.

J'ai honte.

Mais je sais qu'il ne faut pas. 

Parce qu'il faut aller de l'avant. Et qu'il ne faut surtout pas généraliser.

vendredi 7 novembre 2014

Nouvelles de Mini: hospitalisé, novembre 2014

Nous devions venir à Ste-Justine la semaine prochaine pour quelques examens (neuro, néphro, endocrino, physiatrie), mais puisqu'il faisait de plus en plus de crises à chaque jour et que c'était devenu insoutenable, nous avons décidé de monter à l'urgence de Ste-Justine mercredi afin d'obtenir des réponses et de faire bouger les choses. D'autant plus que ses crises étaient plus intenses et impliquaient maintenant les membres de gauche et de droite, ce qui n'était pas le cas auparavant, nous laissant fortement penser que le deuxième hémisphère de son cerveau avait maintenant lui aussi un foyer épileptique.

Disons que ça faisait un peu de « surplace » dernièrement et que nous trouvions qu'il était temps qu'il se passe quelque chose pour arrêter d'être passifs devant une situation qui s'envenimait et des réponses qui tardaient à venir.

Ce que j'appelle « l'instinct de parent », tsé...

jeudi 6 novembre 2014

T'aimerais pas mieux que ton enfant ne soit pas là?

-  « Dis-le que t'aimerais mieux que ton enfant ne soit pas là. C'est correct tu sais. T'as le droit. », m'a-t-il dit.

- « Non, c'est pas ça. », lui ai-je répondu.

- « Ce ne serait pas mal d'affirmer ça. Dans le fond, ce serait un peu normal : t'as un enfant malade, qui a plusieurs problèmes, dont le quotidien est extrêmement stressant et insécurisant, qui affecte ta vie toute entière, qui t'empêche de faire plein de choses que t'aimerais faire et pour qui tu passes ton temps à te demander s'il aura un avenir qui aura de l'allure! Dis-le que t'aimerais mieux que ton enfant ne soit pas là. Tu peux. »

- « Euh... non. J'y pense, pis non. C'est pas ça. Non, c'est pas comme ça. », ai-je rétorqué.

Hésitant. Surpris. Déstabilisé.

Pour lire la suite, cliquez ici:
http://naitreetgrandir.com/blogue/un-gars-un-pere/2014/11/06/taimerais-pas-mieux-que-ton-enfant-ne-soit-pas-la/

mercredi 8 octobre 2014

La musique dans le sang

La musique a toujours occupé une place importante dans ma vie. J'aimerais bien que mes deux garçons s'y intéressent. Qu'ils l'apprécient, qu'ils en fassent une passion, qu'ils s'en servent comme un refuge, peu importe. Mais qu'elle ait une signification pour eux.

Déjà, dans le ventre de maman, nous leur chantions leurs premières mélodies. Nous leur faisions entendre leurs premiers rythmes. Nous espérions surtout que ces notes et ces sons aient un effet apaisant sur nos petits hommes en devenir.

Encore aujourd'hui, la musique fait partie de notre quotidien. Mes deux gars auront respectivement deux et quatre ans dans quelques semaines et, depuis bien longtemps déjà, ils nous offrent des spectacles musicaux hauts en couleurs! Des plats de nouilles qui deviennent des maracas, des livres qui se transforment en batterie, une télécommande qui a tout l'air d'un micro... Au gré de leur imagination!

Pour lire la suite, cliquez ici:
http://naitreetgrandir.com/blogue/un-gars-un-pere/2014/10/08/la-musique-dans-le-sang/
  • Mon dernier billet: « Bonne nouvelle 3 de 3: La scène! »