La fois où je suis tombé sur un représentant qui n’était pas gossant

 

 

 

 

 

 

 

J’AI COORDONNÉ UN DÉPARTEMENT DE VENTES PENDANT DES ANNÉES ET J’ÉTAIS AUSSI REPRÉSENTANT SUR LA ROUTE. LES VENDEURS, LES CONSEILLERS, LES REPRÉSENTANTS, JE LES VOIS SOUVENT VENIR À 100 MILLES À L’HEURE AVEC LEURS GROS SABOTS.

Pis, ça m’énarve!

J’ai accepté d’ouvrir la porte de ma maison pour une collaboration à un représentant du Groupe Vertdure et de V Extermination récemment, juste après avoir emménagé dans une toute nouvelle résidence. À ma grande surprise, pour l’une des rares fois, il ne m’a pas tombé sur les nerfs!

Écouter le client et être honnête

Essayer de vendre un produit OU écouter les besoins du client potentiel puis, par la suite, tenter de lui proposer ce qui répondra le mieux à ses attentes et à son budget?

Il y a là une grande différence dans l’approche et la dynamique qui s’installe n’est pas la même non plus.

J’ai donc été très heureux lorsque, dès le départ, le représentant m’a expliqué qu’il ne pourrait pas faire de miracles avec ma pelouse sans ma collaboration. Autrement dit, son équipe a toutes les compétences, les produits et les outils nécessaires pour combler mes attentes et m’aider à avoir un beau gazon, mais je demeure celui qui a « les yeux » sur place et qui doit les informer de l’évolution de la situation. Lire la suite

Si vous avez aimé, merci de partager!

Gagnez une pelouse aussi verte que la mienne!

 

 

Chaque printemps, la même question me revient en tête: « Vais-je réussir à avoir un beau gazon cette année en le prenant en charge moi-même ou devrais-je confier la tâche aux pros de Vertdure? »

Faire son possible ou laisser le tout aux spécialistes?

Jusqu’à maintenant, j’ai toujours décidé de faire la job par moi-même: J’aère mon terrain un peu, je lui mets un engrais que je crois être adéquat, je sursème à quelques endroits où je pense que c’est approprié et j’espère que le résultat final soit meilleur que l’année dernière! Bref, je fais de mon mieux, en fonction de ce que je sais et du temps que j’ai.

Avouez que l’hiver est tellement long au Québec que lorsque l’été arrive, ce n’est pas désagréable de regarder son terrain et de se dire: « Wow! Enfin! » Lire la suite

Si vous avez aimé, merci de partager!

Un enfant à besoins particuliers nous amène sur des chemins différents

 

 

Nous savions qu’arriverait, un jour où l’autre, cette grande réflexion. Avec les diagnostics qui se précisent pour notre plus jeune, nous en sommes rendus au point où, pour avoir accès aux services qui lui seront le plus bénéfiques, nous nous demandons s’il faudra tout laisser derrière nous.

Mini a maintenant 4 ans et demi, il fait toujours des crises d’épilepsie quotidiennement et la déficience intellectuelle tend à se confirmer de plus en plus (reste pratiquement juste à définir le degré de sévérité et à son âge, il est encore périlleux de se mouiller). Il fréquente actuellement un CPE absolument extraordinaire et nous sommes entourés d’intervenants fantastiques avec qui la collaboration est excellente.

Cependant, nous voyons l’école approcher de plus en plus et sommes confrontés à plusieurs questionnements. Normalement, à l’automne prochain, ce serait la Passe-Partout et l’année suivante, l’entrée à la maternelle.

Services adaptés limités

Ma femme est enseignante et je fréquente aussi plusieurs personnes qui travaillent pour la commission scolaire, dans le cadre de mon travail. Tout plein de gens d’exception avec du bagage impressionnant, une bonne vision et un profond désir de favoriser le développement optimal de tous les jeunes.

Malheureusement, malgré la bonne volonté de tout le monde, la réalité demeure que, dans notre coin du Lac-St-Jean, comme c’est aussi le cas ailleurs, lorsque l’on a un enfant avec des besoins particuliers, j’ai l’impression que les options ne sont pas toujours aussi nombreuses que dans les grands centres, voire même d’une région à une autre. Lire la suite

Si vous avez aimé, merci de partager!

Démystifier l’épilepsie: Tout le monde devrait voir ça!

 

 

 

La Fondation Charles Guindon et le CHU Sainte-Justine viennent tout juste de mettre en ligne une série de 8 vidéos qui contribuent grandement à démystifier l’épilepsie. De courtes capsules que tout le monde devrait prendre la peine de visionner.

À travers des témoignages de parents touchants et empreints d’espoir ainsi que des dessins animés qui illustrent bien le déroulement de certains types de crises, on y apprend surtout à mieux connaître ce trouble neurologique et les conséquences qu’il peut engendrer, non seulement pour les personnes atteintes, mais pour tout leur entourage.

Un défilé de mode printanier exceptionnel pour une cause de grande importance

Ayant un enfant de 4 ans et demi qui fait des crises d’épilepsie chaque jour, qui présente une déficience intellectuelle dont la sévérité reste à déterminer, qui est traité pour un TDAH depuis l’âge de deux ans et qui a aussi d’autres petits « défauts de fabrication » à travers tout ça, j’ai été très heureux en voyant ces capsules.

On parle trop peu d’épilepsie, il y a encore beaucoup de préjugés et d’idées pré-conçues sur ce qu’est l’épilepsie et je suis persuadé qu’en permettant au plus grand nombre de personnes de visionner ces capsules, il est possible de faire un petit pas de plus pour se permettre, collectivement, de mieux comprendre la réalité de ces gens-là.

Et c’est gens-là, ce sont, entre autres, ma conjointe, moi et notre Mini.

Je ne demande jamais ça, mais s’il-vous-plaît, partagez en grand nombre! Lire la suite

Si vous avez aimé, merci de partager!

Comment apprendre à son enfant à se moucher

 

 

 

Comme parents, nous nous sommes tous déjà passé la réflexion suivante: « Hé boy! Que j’ai hâte que mon enfant soit capable de se moucher tout seul! »

Ça a l’air de rien, mais bien des tout-petits ont passablement  de difficulté à se débarrasser eux-mêmes de leurs sécrétions nasales. Avec un enfant qui a des besoins particuliers et qui approche les 4 ans et demi, j’en sais quelque chose.

Je suis tombé sur une vidéo de Josiane Caron Santha qui a piqué ma curiosité et que j’ai eu envie de vous partager parce qu’elle y donne plusieurs trucs pour aider notre enfant à, éventuellement, être en mesure de « faire la grosse job » tout seul.

Oui, le rêve! Lire la suite

Si vous avez aimé, merci de partager!