QUAND LA MAGIE PASSE PAR… DES LUNETTES!

Ça aurait été facile de ne pas faire vérifier sa vue. Pourtant, un petit rendez-vous d’une heure a changé la vie de notre enfant!

Il passait un examen de la vue annuellement au CHU Ste-Justine, où il est suivi par de multiples spécialistes. À chaque fois, le résultat était le même: « Il est  » borderline  », mais tout est encore correct, on fera une autre vérification l’an prochain pour s’assurer qu’il n’a pas besoin de lunettes. »

Puis, il y a un an, on nous a dit qu’il pourrait dorénavant passer son test dans une clinique locale de notre choix au lieu de le faire à l’hôpital. Honnêtement, nous étions inquiets puisqu’avec sa déficience intellectuelle, je vous avouerai que chaque examen avait été digne des plus grands combats de lutte de la WWE:

Dans un coin, Éli-Noam. Dans l’autre coin, 2 ou 3 spécialistes qui se démenaient tant bien que mal pour réussir à avoir des résultats concluants.

Donc, quand le temps est venu de prendre rendez-vous dans une clinique près de chez-nous, nous nous attendions à ce que ce soit un autre combat. D’autant plus que nous sortions des murs d’un hôpital spécialisé et que, déjà là, c’était excessivement difficile.

Nous avons failli sauter une année, pensant que tout serait encore correct. De toute façon, il a été vu annuellement au cours des 4 dernières années, pensait-on.

Dieu merci, nous avons fait l’effort de prendre ce rendez-vous!

LA LUNETTERIE, PAR ACJ, À JOLIETTE

Crédits photos: La Lunetterie, par ACJ

Je n’ai pas peur de nommer La Lunetterie par ACJ et je pense que je dois le faire parce qu’ils ont changé la vie de notre enfant.

Cet été, alors que mon plus vieux était inscrit au soccer pour la première fois, nous avons fait la rencontre d’Annie-Claude, la maman d’un de ses coéquipiers. Puisque Mini est super sociable et étant donné qu’Annie-Claude est un grand coeur sur deux pattes, ça a cliqué entre les deux (Bon… Les jujubes qu’elle lui a apportés y sont sûrement un peu pour quelque chose, mais ça n’enlève rien à son grand coeur!).

Lorsque nous avons appris qu’elle avait sa clinique d’optométrie à quelques minutes de chez-nous, nous avons tout de suite compris que c’était le meilleur endroit où emmener Mini et Grand Fils pour leur examen annuel de l’automne.

Mais, malgré tout, nous étions stressés et nous ne pensions pas que les employés réussiraient à avoir un résultat assez précis pour en venir à une conclusion pour notre plus jeune.

Et c’est là où le personnel et l’environnement font toute la différence.

Mon objectif premier avec ce texte n’est pas de vanter la clinique, mais bien de vous faire comprendre à quel point il ne faut pas négliger de faire vérifier la vue de nos enfants.

Dès notre première visite, nous nous sommes sentis accueillis comme si nous étions de la famille. Tout de suite, la dame a compris que Mini était un peu « différent » (plus il vieillit, plus c’est facile à voir, mais tout le monde n’est pas à l’aise nécessairement).

Elle lui a parlé, a tenté de communiquer avec lui, ils ont ri ensemble, elle l’a emmené derrière le comptoir (il a bien failli lui voler son clavier d’ordi!), etc.

Un accueil « humain », ça vaut tout l’or du monde!

L’EXAMEN VISUEL

Annie-Claude était là, ce qui a peut-être mis notre Mini en confiance, mais ce n’est pas elle qui lui a passé l’examen. Donc, à ce moment-là, pour nous, le stress et l’anxiété étaient toujours présents. Et pourtant…

L’optométriste qui l’a pris en charge était aussi dynamique que le reste de l’équipe. L’examen s’est donc fait dans le plaisir et, contre toute attente, Éli-Noam a relativement bien fait ça. Avec un peu d’aide du cellulaire et de Caillou, mais somme toute, c’était nettement au-delà de toutes nos espérances.

Le choc

Puis, alors que nous pensions qu’il s’agissait d’un « examen de routine » qui nous révélerait une fois de plus que sa vue était « borderline », mais qu’il n’avait pas besoin de lunettes, le verdict a été sans équivoque: « Hypermétropie des deux yeux nécessitant des lunettes immédiatement ».

Quand on nous a expliqué que notre fils nous voyait comme s’il avait la tête dans un bocal de poisson rouge, ça a été tout un choc!

Celle-là, nous ne l’avions vraiment pas vu venir…

Nos cerveaux se sont mis à réfléchir.

Non seulement il doit composer avec des crises d’épilepsie chaque jour, avec une déficience intellectuelle, mais il a aussi des problèmes d’ataxie (déséquilibre) et un retard important en ce qui a trait à la motricité fine et à son intérêt pour jouer de façon autonome.

Inévitablement, nous avons fait un lien et nous nous sommes demandés l’impact que sa vision pouvait avoir sur tout ce que je viens de vous énumérer. Et, que l’on se comprenne bien, je ne veux aucunement remettre en doute les examens faits précédemment par le CHU Ste-Justine. À 5 ans, la vue d’un enfant peut changer très rapidement et c’est peut-être ce qui s’est passé avec le nôtre.

LES RÉSULTATS

Après avoir choisi une monture, il n’a fallu que quelques jours avant que nous recevions l’appel de la clinique nous annonçant que les lunettes de Mini (et de Grand Fils aussi) étaient arrivées. Nous nous apprêtions donc à vivre un nouveau combat: Convaincre notre enfant de porter des lunettes sans les arracher et les lancer à l’autre bout du monde.

Tadadam!

Un beau pétard à lunettes!

Même si Annie-Claude nous avait mentionné qu’Éli-Noam pourrait mettre quelques jours à s’habituer à ses lunettes (le temps que son « muscle » s’habitue à travailler différemment pour lui permettre de voir adéquatement), il les a tolérées instantanément.

SOUPIR DE SOULAGEMENT!

Deux jours plus tard, ma femme et moi le regardions et nous constations qu’il semblait vivre une véritable révélation. Un peu comme s’il n’avait jamais aussi bien vu.

De gros changements

Il s’est mis à faire des choses qu’il n’avait JAMAIS faites auparavant. Entre autres, il a commencé à jouer avec des autos dans le salon. Ok, je sais, ça peut sembler anodin pour le commun des mortels. Mais, quand ton enfant approche 6 ans et qu’il ne s’est jamais intéressé à des petites autos et que, soudainement, il commence à se promener à quatre pattes en faisant des « vroum vroum! », c’est capoté!

Comme si ce n’était pas assez, le lendemain, il a colorié, assis calmement à table pendant environ 30 minutes! Son record précédent était probablement de 30 secondes… Il regardait ses crayons comme s’il les découvrait.

Pendant 30 minutes, malade!!!

Évidemment, pour nous, comme parents, vous n’avez pas idée à quel point nous sommes heureux pour lui. Mais, pour nous aussi, les lunettes ont un impact sur nos vies.

Avoir un enfant qui commence à s’occuper SEUL, ça a un impact majeur sur le temps que l’on passe à la maison. Je peux peut-être avoir l’air légèrement égocentrique en écrivant cela, mais de savoir que notre garçon réussit à jouer et à s’occuper seul, même si c’est parfois sur de courtes périodes, nous enlève une énorme pression et nous permet de faire autres choses pendant ce temps-là.

Ça a l’air de rien, mais pouvoir ramasser les restes de table, faire la vaisselle, préparer les lunchs, sans avoir à être constamment à côté de lui, ça nous permet d’avoir un peu plus de temps à nous lorsque les enfants sont couchés. Pour l’équilibre mental, vous n’avez pas idée à quel point ça peut être précieux!

Nous aimons bien penser que les lunettes sont magiques!

Bref, par le biais de ce texte, ce que je veux surtout vous dire, c’est de ne pas hésiter à passer des examens de la vue avec vos enfants régulièrement.

Même si vous croyez que tout est correct, c’est super important de prendre la peine de le faire.

Et, finalement, puisque je ne suis pas un professionnel mais que j’ai compris à quel point il est primordial de sensibiliser tous les parents, j’ai demandé à Annie-Claude de répondre à quelques questions en rafale pour nous éclairer, et elle a gentiment accepté.

QUELQUES CONSEILS PRÉCIEUX DE LA LUNETTERIE, PAR ACJ

1- À quelle fréquence les enfants devraient-ils passer un examen visuel?

Les enfants de moins de 18 ans devraient passer un examen de la vue annuellement, tout comme les adultes de plus de 65 ans. Pour les autres, un examen aux 2 ans serait adéquat.

2- Quel est le coût d’un examen visuel?

L’examen annuel est couvert par la RAMQ pour les 0-17 ans et pour les 65 ans et plus. Pour les autres, il faut prévoir environ 75$.

3- Comment se passe un examen et combien de temps faut-il prévoir?

Les gens sont d’abord accueillis. Par la suite, des pré-tests sont effectués suivi de l’examen complet par l’optométriste. Vous êtes ensuite pris en charge par l’opticienne ou l’opticien. En tout, on peut prévoir de 30 à 60 minutes.

4- Quelles sont les problématiques les plus fréquentes que tu rencontres chez un enfant?

Plusieurs enfants ont de la difficulté à se concentrer lorsqu’ils doivent maintenir leur attention sur un objet situé à proximité. Les écrans étant toujours de plus en plus présents, on dénote aussi beaucoup de problèmes d’acuité visuelle (vision de loin).

Il faut savoir qu’au primaire, on dit que ce sont 25% des enfants qui ont des problèmes visuels. Si elles ne sont pas prises en charge, ces situations peuvent avoir un impact majeur sur l’apprentissage de l’enfant. Et, malheureusement, les problèmes visuels ne sont pas aussi faciles à dépister qu’on pourrait le croire, de là l’importance de faire appel à un professionnel annuellement.

5- Comment devrait-on choisir notre clinique?

Il ne faut surtout pas avoir peur de poser des questions au personnel. Le lien de confiance est très important. Je pense qu’il est primordial de se sentir bien et entre bonnes mains lorsque l’on confie nos yeux à un professionnel. Si ce n’est pas le cas, il faut se diriger ailleurs!

6- Y a-t-il des signes particulièrement importants qui pourraient nous indiquer que notre enfant a besoin d’un examen de la vue?

Oui! Par exemples, si un enfant a de la difficulté à demeurer concentré pour faire une activité qui lui demande une attention soutenue à un objet à proximité (un livre, une tablette, des crayons, etc.),  s’il a un oeil ou des yeux qui dévient (louchent), si ses yeux se fatiguent (rougeur, larmoiement, etc.).

7- Des gens achètent des lunettes sur Internet parce qu’ils disent qu’ils sauvent des coûts. Est-ce vrai et quels sont les avantages à passer par une clinique?

C’est vrai que c’est souvent moins cher sur Internet. Par contre, ce ne sont pas les mêmes produits. Ce qui se retrouve sur Internet est souvent fabriqué en Chine et représente des produits de base. En boutique, les gens peuvent avoir des produits de qualité supérieure et être guidés afin de choisir ce qui leur conviendra le mieux. Il ne faut pas traiter les problèmes de la vue de façon approximative, surtout pas pour un enfant!

Suite à l’achat d’une monture et de verres, s’il y a un problème, les clients seront accompagnés vers la solution et ne seront jamais laissés à eux-mêmes.

Lunetterie par ACJ

326 Boulevard Antonio-Barrette,
Notre-Dame-des-Prairies,
QC J6E 1G2

Site web: www.lunetteriejoliette.com

Facebook: www.facebook.com/Lunetteriejoliette/

*** Cet article a été rédigé en collaboration avec La Lunetterie par ACJ. Évidemment, toutes les opinions émises m’appartiennent et sont conformes à la réalité.

Commentez via Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *