MANIPULER SA BONNE HUMEUR MATINALE

J’étais exaspéré de me lever avec ce sentiment d’urgence. Cette impression de devoir me dépêcher au maximum parce que chaque minute, à chaque matin de la semaine, était comptée. Mon humeur était affectée et je devenais désagréable.

À vrai dire, avec mon air bête, je me « gossais » moi-même!

SORTIR DU CERCLE VICIEUX

J’ai fait un test qui s’est avéré positif pour moi et qui a littéralement transformé mes matins.

J’ai hésité à vous en parler tellement c’est simple comme principe.

Mais, si ça fonctionne pour moi, je me suis dit que ça pourrait marcher pour vous et, potentiellement, vous enlever une certaine pression et changer votre « minding » matinal.

La source du problème

Tout d’abord, je me suis demandé ce qui était le plus lourd pour moi le matin. La réponse était claire: le stress et le sentiment de manquer de temps.

La conséquence était aussi évidente: je devenais de mauvaise humeur, j’étais désagréable avec ma famille, je m’énervais moi-même et je commençais ma journée en ayant un trop-plein de sentiments négatifs et en ayant l’impression de ne pas être à la hauteur, comme parent.

DE VRAIES SOLUTIONS FACILES

Quand j’ai pris conscience de ça et que j’ai décidé qu’il était temps de changer mon état d’esprit, je suis parti à la recherche des pistes de solution les plus simples et les moins énergivores que je pourrais mettre en place pour remédier à la situation rapidement.

La période-tampon

Tout d’abord, j’ai commencé à toujours me prévoir une « période-tampon ». Je me lève assez tôt pour avoir assez de temps, réalistement, pour faire ce qui doit être fait avant de partir travailler.

Je me suis rendu compte bien assez vite que c’est beaucoup plus payant pour moi de dormir 15 minutes de moins et d’utiliser ce temps-là pour réussir à être moins étouffé.

Psychologiquement, c’est devenu une nécessité.

C’est devenu, en quelque sorte, ma base pour contourner mon impression de toujours manquer de temps.

Mais, évidemment, il faut la volonté de se lever plus tôt.

C’est tellement facile de mettre une alarme le plus tard possible pour profiter de chaque minute potentielle sous les draps…

L’auto-manipulation du cerveau

D’un autre côté, ce qui me dérangeait beaucoup, c’était mon humeur, mon état d’esprit. Moi qui tente d’être le plus « équilibré » possible, ça commençait mal mes journées.

C’est ce qui m’a amené à apporter certains changements, juste avant de me coucher, pour avoir une incidence sur mon niveau de stress et mon état mental matinal.

Je vous l’ai dit dès le départ, ça peut vous paraître anodin.

En fait, à partir du moment où je me suis assuré d’avoir assez de temps pour bien faire les choses, je me suis posé la question suivante:

« Qu’est-ce qui me ferait plaisir le matin et qui aurait un impact sur mon humeur? »

Littéralement, juste avant d’aller au lit, je prends quelques minutes pour me manipuler l’esprit!

Je ne sais pas si je suis plus imbécile que l’être humain moyen (ce n’est pas une question, ne prenez pas le temps de m’écrire pour me donner votre opinion là-dessus!!!), mais honnêtement, ça a été assez facile de me manipuler. Pire encore, je le fais à répétition et ça marche chaque fois!

Voici donc les petites actions toutes simples que j’ai mises en place pour changer mon état mental matinal:

  • Je me suis acheté une cafetière programmable pour me lever avec une odeur de café.
  • Je sors les bols et les assiettes des enfants à l’avance (ça me donne l’impression que quelqu’un a pensé à nous quand je me lève!).
  • Je prépare les médicaments de mon plus jeune la veille (il en prend plusieurs).
  • Je laisse les fenêtres entrouvertes pour aérer la maison quand il fait beau.
  • Je m’assure de ne pas me coucher en laissant la cuisine bordélique (surtout le coin de la vaisselle), c’est moins lourd le matin.

Ben oui! Juste ça!

Ça a l’air de rien, mais ça a un effet sur moi.

DEVENONS MANIPULATEURS

Je pense qu’il ne faut pas sous-estimer ces petits changements qui peuvent avoir un impact positif sur notre minding matinal.

Je vous invite à mesurer, dans un premier temps, l’impact positif que pourrait avoir quelques minutes de sommeil en moins (à condition de bien les rentabiliser, bien sûr!). Dans un deuxième temps, essayez de trouver les petites manipulations que vous pourriez vous faire et qui auraient un impact sur votre niveau de stress et votre état mental du matin.

Il pourrait s’agir de tous petits efforts la veille qui vous aideront à mieux respirer et qui vous accrocheront spontanément un sourire au visage.

Parfois, il faut peut-être seulement être plus intelligent que notre cerveau…

NIAGARA EN FAMILLE: S’AMUSER SANS SE RUINER

Vous le savez, on aime sortir et voyager en famille!

Nous revenons d’un séjour en Ontario, à Niagara. Notre objectif n’était pas de faire le plus grand nombre d’activités possible ni de découvrir des trésors cachés. Nous voulions tout simplement décrocher et profiter principalement des activités de la Street of Fun avec les enfants.

Lorsque nous avons commencé à parler de Niagara, je disais à ma femme qu’il ne s’agissait que d’un condensé « d’attrapes-touristes »…

Je maintiens que je n’avais pas tout à fait tort (héhé!) parce que ce sont les images que l’on voit souvent passer de Niagara, mais force est d’avouer qu’elle a eu raison: en faisant abstraction de ça et en jouant le jeu à 100%, nous avons tous eu énormément de plaisir, tout en réussissant à ce que ça ne nous coûte pas la peau des fesses! Lire la suite

10 RAISONS DE VISITER LE ZOO SAUVAGE DE ST-FÉLICIEN CET ÉTÉ

Saviez-vous que le Zoo sauvage de St-Félicien est l’un des dix plus beaux zoos au monde? Vous y retrouverez plus de 1000 animaux de 75 espèces différentes installés sur un vaste territoire de près de 500 hectares.

Vous êtes en train de planifier vos vacances estivales ou vous cherchez une région où vous pourriez simplement aller passer une fin de semaine mémorable en famille, voici 10 raisons pour lesquelle vous devez ABSOLUMENT penser au Zoo sauvage de St-Félicien:
Lire la suite

BESOINS PARTICULIERS ET MALADIES: COMMENT NOUS RÉUSSISSONS À VOYAGER?

Nous sommes de retour d’une semaine en République dominicaine.  Pourtant, il y a un mois, mon plus jeune, qui a de nombreux problèmes de santé (épilepsie non-contrôlée, déficience intellectuelle, dysphagie, ataxie, TDAH, etc.), était aux soins intensifs, au CHU Sainte-Justine. Lire la suite

IL FAUT RESCAPER LE JEU LIBRE EXTÉRIEUR!

Quand j’étais jeune, mes parents devaient souvent faire le tour du quartier pour nous retrouver, mon frère et moi, parce que notre heure de rentrée était passée et parce que nous n’étions pas de retour à la maison. Cet exercice, tous les parents le faisaient dans le voisinage.

Pour eux, je crois que c’était simplement la preuve que les enfants étaient vivants et DES ENFANTS! Lire la suite

PENDANT QUE LES MÈRES SONT À BOUTTE, TOUT EST COOL POUR LES PÈRES

Ces temps-ci, je lis beaucoup de parents blasés d’entendre ou de lire des « mères à boutte »(1) crier haut et fort que leur rôle de maman est lourd, voire insupportable, et qu’elles ont besoin d’une, de deux, de trois ou de quatre coupes de vin pour réussir à décanter et à avoir (Enfin!) un peu de temps pour elles.

Pendant ce temps-là, les hommes qui prennent la parole pour parler de paternité ou de parentalité (certes moins nombreux, mais de plus en plus présents et fiers de l’être) semblent bien aller, s’impliquer et s’épanouir dans leur rôle de père.

Est-ce que ces mamans sont représentatives de l’ensemble des mères et est-ce que les mères d’aujourd’hui sont à ce point « à boutte »?

Et, comment se fait-il que tout a l’air plus « cool » pour les gars?

Lire la suite