À vous, madame, qui ne connaissez rien de mon enfant

Après m’avoir dévisagé, non seulement vous avez haussé les épaules, puis vous avez répété mes consignes à mon propre enfant, mais vous vous êtes permis de comparer nos réalités en me lançant d’un ton méprisant un: « Le mien n’aurait jamais fait ça! » Lire la suite

Sauter dans le vide pour son enfant

Lorsque mon deuxième garçon est venu au monde, j’ai compris après quelques mois qu’il aurait une vie parsemée de défis. Je ne savais toutefois pas quelle serait l’étendue de ces défis ni jusqu’où ils me mèneraient. Lire la suite

Être différent, c’est cool!

 

 

 

Les enfants sont parfois beaucoup plus tolérants et ouverts d’esprit que nous, les adultes. Nous devrions nous inspirer de certaines de leurs réactions…

En fin de semaine, mon plus vieux (qui vient tout juste d’avoir 6 ans) participait à une activité spéciale de bricolage organisée par la municipalité. Au retour, nous avons eu cet échange dans l’auto :

– Moi : « Ça a bien été? »
– Grand Fils : « Oui, papa, j’ai aimé ça! Et sais-tu quoi? Il y avait un enfant différent. Il était handicapé, en fauteuil roulant. »
– Moi : « Good! Il faisait les activités avec vous? »
– Grand Fils : « Oui, et il était chanceux, il avait une éducatrice avec lui. En plus là, il était full bon. Vraiment, l’éducatrice elle l’aidait un peu, il était full bon! »
– Moi : « Super ça! Est-ce qu’il pouvait parler? »
– Grand Fils : « Oui, mais pas avec des mots. Il faisait juste des sons. Sauf que quand il faisait ses sons, ça voulait dire quelque chose. Il fallait juste comprendre quoi… »
– Moi : « Wow! Parfait! »
[Silence]
– Grand Fils : « J’aime ça les gens différents moi. C’est cool! Il faut comme juste essayer de les comprendre pour pouvoir les aider. Mais, c’est cool! »

 

Pour lire la suite, cliquez ici:

On a vraiment fait ÇA un dimanche après-midi

faitca

 

 

Normalement, c’est le type de plan que ma conjointe assume, mais dans lequel je n’embarque pas du tout. Ça va totalement à l’encontre de mes habitudes d’oser faire quelque chose comme ça!

En fin de semaine, je me suis laissé prendre. J’ai résisté quelques secondes, j’ai réfléchi de façon superficielle (en fait, j’ai cessé de réfléchir juste au moment où j’étais sur le point d’avoir des arguments pour refuser la proposition), puis j’ai succombé : « D’accord! Je vais faire une sieste moi aussi. »

Dormir un dimanche après-midi, vraiment?

Mes enfants auront 4 ans et 6 ans cette semaine. Ils ont encore besoin de faire des siestes (la fin de semaine pour le plus grand). Ma conjointe se couche régulièrement avec le petit pour récupérer pendant 60 à 90 minutes le samedi et le dimanche. De mon côté, j’en profite habituellement pour me détendre ou pour avancer différents petits projets.

Pour lire la suite, cliquez ici:

naitre_et_grandir

La fois où j’ai eu une commotion cérébrale pour faire rire mon enfant

commotion

 

Tout allait bien ce matin-là. Nous avions des amis à la maison et nous venions de manger de délicieuses gaufres aux fruits nappées d’une ganache gourmande et chocolatée à souhait. J’étais particulièrement heureux parce que je réussissais à boire mon café « chaud », ce qui est plutôt inhabituel avec de jeunes enfants.

À un moment donné, je me suis mis à jouer avec mes garçons, parce que j’aime ça, tout simplement. À quatre pattes, l’un m’embarquait dessus pendant que je faisais le cheval tandis que l’autre souriait à pleines dents en nous regardant galoper entre la cuisine et le salon.

Puis, mon plus vieux est descendu de son cheval (de moi, en fait, vous comprenez…) et je me suis concentré sur mon plus jeune, avec la ferme intention de le faire rire aux éclats, parce qu’il est vraiment beau lorsqu’il rit et qu’il en vient presque à avoir de la difficulté à reprendre son souffle.

Pour lire la suite, cliquez ici:

Logo Naitre et grandir

J’ai le pouvoir de faire aimer l’école à mon enfant

aimer l'école

 

 

 

 

 

 

 

Ça y est! Mon plus vieux entre à la maternelle. Ça devait arriver un jour et c’est à mon tour de trouver que le temps passe bien trop vite! Je vois tout ce que ça implique…

Les lunchs, les devoirs, les premières blondes, les partys, me demander où il est à minuit, devoir lui prêter mes clés d’auto…

(D’accord, j’ai peut-être tendance à voir un peu loin!)

J’ai un impact énorme

À l’aube de cette première rentrée, l’une des choses qui me frappe est de constater à quel point j’ai un impact énorme sur la façon avec laquelle mon garçon abordera l’école.

Pour lire la suite, cliquez ici:

Logo Naitre et grandir